Changement d’heure : on décrypte les économies d’énergie 🕑🕒


  • PLÜM

    0_1490378143334_changement-heure2.png

    Appliqué systématiquement depuis 1976, le changement d’heure permet d’ajuster les heures d’activité en fonction des heures d’ensoleillement. L’enjeu principal de cette mesure : limiter le recours à l’éclairage artificiel pour réaliser des économies d’énergie.

    Si une part importante des français (76%) souhaiterai aujourd’hui rester à l’heure d’été, c’est entre autres parce que le changement d’heure est à l’origine de troubles du biorythme dont beaucoup souhaiteraient se passer.

    Mais qu’en est-il des économies d’énergie ?

    L’Agence de l’Environnement et de la Maîtrise de l’Énergie (ADEME) révélait en 2009 que le changement d’heure permettait de réaliser une économie de 440GWh à l’échelle nationale. C’est l’équivalent de la consommation en éclairage de 800 000 ménages. Selon l’association la Méridienne, cela ne représenterait toutefois que 0,1% de la consommation totale en électricité en France. L’amélioration de la qualité de l’éclairage, notamment grâce aux ampoules à basse consommation tend à rendre cette mesure plus difficile à quantifier et donc, plus complexe à justifier.

    Néanmoins, le changement d’heure permet de soulager les réseaux de transport d’électricité aux heures qui traversent généralement des pics de consommation.

    A raison de 100 grammes de CO2 émis pour 1kWh d’éclairage, le changement d’heure a également permis d’économiser la somme de 44 000 tonnes de CO2 en 2009. Un chiffre qui peut sembler élevé, mais qui reste toutefois modeste (à peine 0,01% des émissions de CO2 annuelles en France).

    Sources :
    linternaute.com
    fuseau-horaire.com
    lemonde.fr
    ecoco2.com
    icalendrier.fr
    ooreka.fr


Se connecter pour répondre